ECOLE LA SAINTE FAMILLE

Le congrès des jeunes chercheurs

Le reportage
samedi 12 avril 2008

La journée du 27 mars a été dense, riche en rencontres et en découvertes. Chacun d’entre nous a raconté un événement de la journée. Les photos de Madame BIGEON et de Monsieur MOREL nous permettent de l’illustrer.

Nous nous sommes donné rendez-vous à 8 h 25 le jeudi 27 mars pour "le congrès des jeunes chercheurs ". Tout le monde était impatient d’y être. Nous étions tous prêts à partir, mais le bus était en retard. Nous avons dû attendre 3 ou 5 minutes. Quand il est arrivé nous nous sommes dit qu’ enfin nous allions vivre cette journée extraordinaire.
Noémie M.

Nous sommes partis ce jeudi 27 mars au Congrès des jeunes chercheurs à NANCY à 8h40, à côté de la place de la cathédrale. Le bus était en retard. Dans le bus, notre enseignant nous a donné les livres et les consignes : où nous mangerons, suivre les parents accompagnateurs... A 9 heures, nous sommes arrivés au congrès.
Vincent S.



Quand nous tenions le stand, plusieurs enfants sont passés. Ils avaient l’air d’être intéressés par nos machines. Nous avons commencé à faire marcher le tuyau. Les élèves nous ont posé des questions. Seulement, la machine ne marchait pas. Donc, nous leur avons montré le chemin de l’air. Ils ont aussi joué à notre jeu.
Charlotte DS


Quand j’ai fait fonctionné la pompe dans notre stand, les élèves de grande section écoutaient attentivement. J’ai expliqué tous les détails aux élèves, ils ont regardé le parcours de l’air et des saletés. Les élèves de grande section ont tout compris ce que je leur expliquais. Les élèves ont trouvé le jeu car ils le trouvaient très bien.
Théo V.


Au congrès, il y avait un moment pendant lesquels nous avons expliqué les machines à notre stand. Les C.P. comprenaient bien. Il y avait cinq machines : les moulins à vent, les plantes vertes, le tuyau, la boîte à encens et le filtre. Les questions étaient nombreuses.
Emma GUILLOU



C’était pendant les défis , quand nous exposions les machines à tour de rôle toutes les demi-heures, le temps était très long et il n’y avait pas beaucoup de personnes qui venaient voir ce qu’il y avait. Nous faisions fonctionner les machines plusieurs fois. La majorité des gens qui arrivait n’écoutait pas jusqu’au bout les explications et ne lisait même pas ce qui était écrit sur les panneaux .On aurait dit qu’ils n’étaient pas intéressés
Rémi S.


Pendant le temps des défis, beaucoup de personnes enfants et adultes nous adressaient des compliments. Le stand était facile à comprendre pour les petits. Madame Koehl est venue avec une classe quand nous tenions le stand. Elle disait que c’était un des meilleurs stands qu’elle avait vus. Les étudiants qui voulaient devenir chercheurs ou alors qui étaient étudiants en deuxième année de C.R.N.S étaient en admiration devant le stand. Tout le monde trouvait le stand agréable.
Marie-Adèle G.


Pour le pique-nique, nous sommes allés dans un bâtiment couvert qui s’appelle la galerie de Nancy Thermal. Nous nous sommes mis par petits groupes de copains. Les maîtres et maîtresses, les parents accompagnateurs sont restés ensemble. Nous avons mangé à notre rythme. Malheureusement, il y avait quelques isolés. A la fin du repas, nous avons fait circuler une poubelle pour les déchets et nous sommes sortis dehors dans le parc Sainte-Marie.
Pierre B.




Nous nous promenions dans le parc Sainte-Marie, vers midi et nous avons aperçu un écureuil qui sautait de branche en branche, d’arbre en arbre en courant sur les troncs et les arbres. Un moment, à force d’avancer, nous ne l’apercevions plus.
Guillaume B.

Après le repas, nous sommes partis en promenade dans le parc. Nous nous sommes arrêtés à un kiosque. Nous avons joué et parlé. Le maître et les parents accompagnateurs discutaient entre eux. Ils nous surveillaient pour qu’il n’arrive pas d’accident ou de bêtise.
Hugo SM

Au congrès des jeunes chercheurs, nous avons regardé un film qui durait a peu près un quart d’heure. Ensuite, nous disions les impressions que le film nous avait données. Juste après, nous devions dire les idées que nous avions pour moins polluer la Terre :
Nathan V.

Quand moi et Nathan tenions le stand, nous avons été interviewés par une journaliste. Elle a voulu que nous présentions les machines que nous avions fabriquées. Puis d’autres personnes sont venues nous demander comment nous avions fabriqué les machines.
Quentin R.

C’était à mon tour de tenir le stand, et j’ai vu arriver Madame KOHL et un groupe d’élèves. Ils étaient en moyenne et grande section. Elle m’a demandé si je voulais bien leur expliquer notre défi (car ils sont petits et ne comprennent pas ). Alors, je leur ai montré les panneaux et leur ai lu ce qui était écrit. J’ai dû aussi leur expliquer ce qu’était l’air et la définition de « purifier ». J’ai conclu en leur faisant marcher les machines. Je pense qu’ils ont compris. En tout cas, ça les a intéressés.
Nicolas L.

Nous avons rencontré une chercheuse, Nathalie Presle, dans le temps de rencontre avec un chercheur. Elle nous a parlé d’une maladie sur le cartilage. Nous avons bien aimé car elle expliquait bien et répondait aux questions. Elle avait amené un cartilage de veau. Nous avons vu des photos du laboratoire et des outils de Mme Presle. Nous avons vu des diapositives avec des images vues au microscope. Elle travaille au C.N.R.S.
Pierre L.

Le chercheur a fait de l’électricité avec le froid et le chaud. Sur une lampe à pétrole allumée, il a une pièce en métal. Le haut était froid et le bas était chaud. Il a mis des fils électriques sur les côtés chaud et froid. Ils les a reliés à des dominos et à un moteur électrique avec des hélices. Le froid et le chaud faisaient de l’électricité qui passait dans les fils jusqu’au moteur qui faisait fonctionner les hélices.
Bastian A.

Dans la salle du premier étage, avant le pique-nique, nous avons rencontré un chercheur. Il s’est servi d’un exemple pour nous expliquer comment il cherchait. Il a d’abord dit qu’il essayait de renseigner la question. Quand il avait trouvé, il ajoutait son « grain de sel » pour que sa recherche devienne une invention. Nous avions le droit de poser des questions si on ne comprenait pas.
Vivien M.

Au congrès des jeunes chercheurs, pendant que deux ou trois enfants étaient au stand, les Cm2 visitaient les autres stands. Il y avait un stand avec des plantes chlorophylliennes. C’étaient les élèves de Cm1 de Saint-Léon. Les plantes avaient de longues feuilles vert clair et des pots pour leurs racines. Il y avait un carnet avec des questions. Nous devions y répondre. Voici un exemple de question comme « A quoi servent les plantes chlorophylliennes ? »
Emeline R.


Les enfants de Grande Section de Saint Léon ont recyclé du papier. Ils ont pris du journal avec de l’eau. Ils les ont aplatis pour fabriquer de la pâte. Après ils l’ont mise dans des pots avec des trous. Ils l’ont aplatie dans le pot pour enlever le maximum d’eau. Ils l’ont démoulée puis ils ont attendu qu’elle sèche . Le papier obtenu ressemblait a du béton mais il était tout léger.
Thibaut M.

Pendant la visite du stand 12, les enfants et leur instituteur ont essayé de répondre à la question : « Comment réduire la consommation d’eau ? ». Ils avaient fabriqué une machine. Elle avait deux entrées pour les cartes. Il fallait entrer les cartes dans le « vrai » ou « faux ». Si ce n’était pas la bonne réponse, la machine sonnait.
Aurélie S.

An moment des défis, il y avait un stand avec des déchets organiques disposés dans des boîtes. Il y avait aussi, autour des boîtes plein de panneaux qui expliquaient. Dans les boîtes, il y avait de l’engrais. Ca ne sentait pas bon. Il y avait des déchets naturels : des champignons, des coquilles d’œufs, des herbes... mais je n’ai pas bien compris à quoi ça servait.
Axel B.

Au stand de l’eau, il y avait des feuilles en carton et un grand panneau. Nous mettions les feuilles dans le grand panneau, c’était des questions. Je me rappelle d’une question : « Est-ce qu’on peut remplir une baignoire avec 50 litres d’eau ? » Sur le grand panneau, on pouvait choisir entre vrai ou faux. J’ai répondu faux, c’était juste. A côté, il y avait un autre panneau. On mettait de l’eau dans un tuyau quand c’était faux.
Valentin P.

Le stand du nettoyage de l’eau sale était intéressant. Ils avaient pris de l’eau propre, ils ont mis de la terre, des cailloux, des feuilles... Puis, ils ont pris un gros verre à bière, ils ont mis un filtre à café au dessus d’un récipient vide et une petite épuisette. Quand l’eau était passée dans le filtre, elle était propre. Elle n’était pas encore potable parce qu’il restait des saletés microscopiques.
Remi D.

Quand, j’ai vu le stand « Que deviennent les feuilles en automne ? », j’ai tout de suite vu qu’il y avait des animaux : des mille pattes ou des araignées. Les élèves ont dit comment les feuilles disparaissaient. J’ai apprécié leur façon d’expliquer. J’ai vu aussi un petit escargot.
Julien F.

A la fin du congrès, nous nous sommes réunis dans la salle principale et Vincent IDATTE, le responsable du Congrès des jeunes chercheurs, a pris la parole pour nous dire au revoir. Il nous a dit que d’autres classes viendraient le vendredi et qu’il était content de cette journée car les enfants ont bien expliqué leurs machines et que tous étaient bien accueillis dans les stands. Puis nous sommes partis, nous sommes montés dans le bus et nous sommes rentrés à l’école.
Victor C.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1911 / 242493

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les classes  Suivre la vie du site CM2  Suivre la vie du site Année 2007-2008  Suivre la vie du site Congrès de jeunes chercheurs   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License